Août 2019

LE COLLECTIF DU BON USAGE DU MÉDICAMENT CHEZ KORIAN

Lutter contre la iatrogénie médicamenteuse

Les médicaments sont une chance : ils soignent, guérissent et prolongent la vie.

A condition d’être utilisés à bon escient, avec des dosages appropriés et une vigilance sur les traitements multiples. Chaque année en France, on déplore en effet plus de 10.000 décès, plus de 130.000 hospitalisations et près de 1,3 million de journées d’hospitalisation à cause d’une mauvaise utilisation du médicament., aussi appelée iatrogénie.  Or, dans 45 à 70% des cas, les hospitalisations seraient évitables.

 

Le collectif bon usage du médicament

Un collectif de 18 partenaires, dont Korian, se mobilise pour sensibiliser activement la population, avec un effort particulier vis-à-vis des personnes âgées, particulièrement concernées. Celles-ci souffrent souvent de plusieurs maladies chroniques et sont donc sujettes à la polymédicamentation, ce qui les expose à un risque accru d’effets indésirables. En France, selon la Haute Autorité de Santé (HAS), les personnes entre 75 et 84 ans consomment en moyenne 4 médicaments par jour.  Il s’agit donc d’un véritable enjeu de santé publique, qui a donné lieu à un programme d’actions ciblées du Collectif, au cours des 3 dernières années.

 

Un enjeu de société

En France, 65 consultations sur 90 se concluent par au moins une prescription contre 10/90 consultations seulement aux Etats-Unis. Au sein et avec l’appui du Collectif, Korian souhaite démontrer que le bon usage du médicament est l’affaire de tous, et qu’une meilleure coordination entre les acteurs qui le prescrivent, ceux qui le dispensent et ceux qui accompagnent les patients est une clé du bon usage. Cette coordination repose sur un dialogue accru, pour informer, conseiller et détecter les signes d’alerte évoquant un accident médicamenteux.

Par ses actions de sensibilisation en EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées et Dépendantes) et auprès des professionnels de soins, Korian contribue à l’action prioritaire des Pouvoirs Publics. La lutte contre la iatrogénie médicamenteuse est en effet un thème majeur de la Stratégie Nationale de Santé 2018-2022.

 

Les actions du Collectif

Depuis 2015, en mobilisant l’ensemble de la chaîne des acteurs du médicament (médecins, pharmaciens, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, acteurs de la protection sociale et du soin à la personnes, industriels, éditeurs de bases de données et de logiciels d’aide à la prescription), le Collectif a réussi à faire bouger les lignes grâce à des actions de sensibilisation de grande ampleur.

Des affiches dans les salles d’attente et les officines pour inciter les seniors à dialoguer avec médecins et pharmaciens

 

Une campagne de prévention nationale

Pour sensibiliser les professionnels de santé, le Collectif  bon usage du médicament a déployé une campagne de communication nationale.

Des affiches, un dépliant, un site internet (reflexeiatrogenie.com), des modules de e-learning ont été créés et des réunions de proximité entre médecins et pharmaciens organisées un peu partout en France.

 

Les actions de Korian

Une campagne de sensibilisation

Les professionnels de santé Korian, engagés au service du bien-vieillir, assurent la sécurité des résidents et patients. L’usage des médicaments en fait partie. Dans le cadre du collectif du bon usage du médicament, Korian a conduit une campagne de sensibilisation dans tous ses établissements en Europe, du 19 au 23 mars 2018, sur le thème de la sécurité médicamenteuse, grâce à différents outils : bande dessinée, vidéos, affiches, module e-learning, message à l’attention des familles.

Dans le quotidien des maisons Korian, le bon usage des médicaments s’exprime par :

  • L’amélioration continue du circuit du médicament, selon le référentiel ANAP : elle implique l’équipe pluridisciplinaire et le pharmacien et donne lieu à un plan d’actions
  • Une convention nouée par chaque établissement avec un pharmacien d’officine : des engagements réciproques sont pris pour améliorer le circuit du médicament et chaque pharmacie s’engage à s’équiper d’un dispositif de Préparation des Doses à Administrer (PDA)
  • Une formation aux Thérapies Non Médicamenteuses (TNM) est dispensée depuis 2016, pour une utilisation à meilleur escient des médicaments (psychotropes, antalgiques, etc.).

 

Une étude de terrain

Une étude en EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées et Dépendantes), menée par Korian, en partenariat avec Vidal et Medissimo, a en outre permis d’évaluer les prescriptions médicamenteuses de près de 14 000 résidents dans 110 maisons Korian (lien article 6, étude DemAsCH). Une deuxième phase de cette étude se focalise sur les anticholinergiques en visant à démontrer qu’une bonne coordination entre équipes soignantes, médecins traitants et pharmaciens est de nature à faire diminuer sensiblement la iatrogénie médicamenteuse au sein des EHPAD..

 

Les 18 partenaires du Collectif

Korian est le seul représentant du secteur des soins pour les EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées et Dépendantes), les cliniques et l’hospitalisation à domicile.

• Représentants des pharmaciens : FSPF, USPO, UTIP Association, Le Collectif, CN URPS PL

• Représentants des médecins : SFGG, CNPG, CSMF

• Ordre National des Infirmiers

• Ordre National des Masseurs Kinésithérapeutes

• Les entreprises du médicament : LEEM, Teva

• Institutions de prévoyance : Klesia et Malakoff Médéric

• Gestionnaires d’EHPAD, de Cliniques et d’HAD : Korian

• Services et soins à la personne (Centres de santé, EHPAD, services infirmiers à domicile) : ADMR

• Editeurs de données et de logiciels : Vidal et CompuGroup Medical (CGM)

 

Les 10 préconisations du Collectif du bon usage du médicament

Le Collectif a travaillé en synergie étroite pour présenter à Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, 10 mesures pour réduire les décès et les hospitalisations liées à un mauvais usage du médicament. Elles ont été dévoilées le 22 mars 2018 :

  1. Fixer un objectif de réduction des décès et des hospitalisations dus au mauvais usage du médicament à 5 ans
  2. Créer un Observatoire du bon usage du médicament
  3. Renforcer la formation de tous les professionnels de santé au bon usage du médicament
  4. Encourager la coopération médecins-pharmaciens au travers du Développement Professionnel Continu
  5. Sensibiliser les jeunes et les salariés au bon usage du médicament via le Service Sanitaire
  6. Relancer les campagnes d’information grand public sur le bon usage, portées par les autorités de santé
  7. Généraliser dans les logiciels d’aide à la prescription, la détection des interactions médicamenteuses provenant de multi-prescriptions
  8. Accélérer, via le DMP (Dossier Médical Partagé), la mise à disposition des outils de partage des données patients entre professionnels de santé et oeuvrer à leur bonne utilisation
  9. Rendre inter opérables les messageries sécurisées entre professionnels de santé (ville / hôpital)
  10.  Mettre en place un numéro vert à destination des médecins et pharmaciens pour leur permettre de contacter un référent médicament dans les situations complexes.

 

Les photos de la journée du 22 mars 2018 - 97 photos | 44 Mo. Accessible ici : http://tbum.event-page.net/

 

Un enjeu économique

Entre 2015 et 2016, des économies significatives ont été générées pour l’Assurance maladie, grâce à l’action conjuguée du million d’acteurs de santé fédérés par le Collectif du bon usage du médicament :

  • 185 millions d’euros ont été réalisés chez les plus de 65 ans.
  • Le nombre de médicaments différents prescrits par semestre est passé de 10,5 en moyenne à 9,4, en 2 ans

 

Le communiqué de presse du Collectif

Téléchargement du fichier « CP Collectif-Final-3.pdf »